Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tour d'Islande à vélo en 24 jours

Le tour d'Islande à vélo en 24 jours

1200 km sur route et à travers pistes


16eme jour : Hunaver - Hveravellir

Publié par michael sur 6 Juillet 2013, 07:34am

Fête de la musique aujourd'hui. Je ne suis pas réveillé par Björk mais une nouvelle fois par la chaleur des rayons du soleil. Quand le soleil est présent en Islande, il chauffe vraiment.

J'ai hâte de découvrir cette fameuse F35. F catégorise les pistes islandaises montagneuses (F comme fjoll qui veut dire montagne). Une piste F est interdite aux voitures de tourisme non 4x4.

Des panneaux au départ de chaque piste rapellent  cette interdiction. Les loueurs de voitures islandais, et surtout de fourgons aménagés y sont très vigilants. Certains loueurs n'hésitent pas à peindre leurs véhicules de dessins pour le moins originaux et très caractéristiques (j'ai vu des peintures baclées d'acteurs ou stars).

Le but? En Islande, il existe des webcam un peu partout, même au milieu des pistes de montagnes (interdites à ces véhicules). Les images de webcams ne sont pas assez bonnes pour lire une plaque d'immatriculation mais largement suffisantes pour reconnaitre un véhicule gràce à sa décoration particulière...

A son retour de vacances, le touriste n'ayant pas respecté l'interdiction est mis à l'amende avec photo à l'appui. C'est si simple!

La piste F35 est de très bonne qualité sur les premiers kilomètres. Elle démarre cependant par une belle montée assez longue. Cette région comporte énormément de lacs, dont le plus important, Blondulon, est un des plus grand lac du pays. C'est un lac artificiel, construit pour créer de l'énergie électrique. 

Des panneaux indicatifs expliquent le fonctionnement de la station que je longe et un petit historique de ces lacs.

 

Je suis assailli par les moucherons. Je pensais les avoir quitté définitivement au lac Myvatn, mais ils vont me suivre encore quelques centaines de kilomètres... vite ma moustiquaire! Je suis parti si vite ce matin sans prendre le temps de bien ranger mes affaires, que je ne la retrouve pas. Je déballe toutes mes sacoches que j'étale au beau milieu de la route. Quel bazar! Je la retrouve enfin.  

Il est important de bien préparer ses affaires le matin, bien équilibrer et bien répartir le poids des sacoches sur le vélo, sinon, pédaler sera difficile et je mettrai énormément de temps à retrouver mes affaires.

 

Un cycliste arrive. Il vient de terminer la F35. Apparement belle, mais il a eu froid, il est sous équipé en vêtements chauds. Il est étonné par tout mon équipement étalé sur la route. Bon courage pour la suite...

 

Je pédale maintenant dans une belle vallée encaissée et bien verte. Aujourd'hui, j'ai le vent dans le dos. Il va falloir que j'en profite. J'arrive au lac Gilsarlon situé sur un plateau. La vue est à 360° et je vois à plus de 100km. Je peux voir les 2 glaciers du coin : Langjökull et son dôme de glace énorme et Hofsjökull qui paraît être à portée de main.

 

La piste bien roulante au départ, s'est rapidement dégradée. C'est constamment une alternance de tôle ondulée ou de pierres bien tranchantes ne demandant qu'à percée mes pneus surchargés. Ma vitesse ne dépasse que rarement les 10 km/h. Si je roule plus vite, j'ai peur de casser du matériel!

Ici, à part les moucherons, il n'y a personne. 

Je zigzague sur la piste pour trouver la trajectoire la moins chaotique. Au centre de la piste, c'est là que se trouve le plus de cailloux. Sur les traces des pneus des voitures, la tôle ondulée et sur le côté, le sable qui ne demande qu'à ensevelir vos pneus. Du coup, j'alterne les 3 pour qu'il n'y ait pas de jaloux.

 

C'est pénible de pédaler avec cette moustiquaire. On voit rien, il fait chaud. Mais si par malheur on l'enlève, les moucherons se ruent sur vous en moins d'une seconde! Déjà 50 km de piste parcouru aujourd'hui et les moucherons ne m'auront pas laché un mètre.

Belle descente devant moi, je roule un peu trop vite sans faire attention. Ma roue arrière plonge dans un nid de poule. Crevaison directe. La première d'une longue série. Il me faut enlever toutes les sacoches, démonter délicatement la roue sans abîmer le dérailleur et la chaîne, changer la chambre à air ou la réparer avec les rustines (j'ai une chambre à air de secours). 

Des voitures de touristes passent, ils ralentissent pour regarder ce que je fais mais à aucun moment ne proposent leur aide...Il y a intérêt d'être autonome ici...

La chambre à air est changée, reste plus qu'à regonfler le pneu. Aïe...la pompe ne marche pas. La poussière a bloqué le piston. Impossible de la faire fonctionner. Heureusement que j'en ai une de secours au fond d'une de mes sacoches. Sans ça, qu'aurais je fait? Combien de temps aurais je attendu l'arrivée d'un cycliste? En moyenne, j'en croise un tous les 3 jours. En plus, pas de bol, ici, c'est sec, pas de rivière, donc pas d'eau.

 

Je passe devant le refuge Arnarbaeli, refuge non gardé (refuge de secours), planté au beau milieu de nulle part. Sa couleur orange contraste bien avec le désert environnant. Je m'arrêterai pour prendre quelques photos. Dommage qu'il ne soit que 19h30, j'aurais bien dormi dedans. 

 

Quelques kilomètres plus loin, une pluie forte se met à tomber. J'aurais finalement peut-être du rester au refuge pour la nuit... Je compte les kilomètres restant pour rejoindre Hveravellir. Encore 26km à faire sous ce temps misérable. C'est long, surtout que je crève une nouvelle fois. Sous la pluie, c'est pas facile de coller des rustines...une voiture de touristes s'arrête pour me proposer leur aide. Sympa.

Je remarque que mon pneu arrière est lisse. Il aura tenu seulement 1000 km! Les pistes islandaises sont très abbrasives et mon chargement bien trop lourd.

 

J'arrive à destination à 21h30. On devine l'endroit d'assez loin car Hveravellir est un endroit géothermique. J'aperçois donc des fumées de vapeur à quelques kilomètres de mon arrivée du jour.

 

Je plante la tente. La pluie s'est calmée. Je dormirai au sec.

Je rencontre Robert, l'autrichien à vélo que je croise souvent depuis Myvatn. Il a déjà fait plusieurs pays à vélo et me dit que l'Islande est un gros morceau. D'après lui, la Norvège est un beau pays à parcourir à vélo.

 

Je mange avec un couple suisse, ceux qui m'ont proposé de l'aide lors de ma dernière crevaison. Ils sont ici pour visiter le pays mais aussi pêcher. J'apprendrai que la carte de pêche au saumon pour certaines rivières islandaises coûte 1500 euros par jour!!!...et il faut réserver un an à l'avance...

 

Il est une heure du matin. Je vais me baigner dans le bain chaud dont la température est régulée par 2 tuyaux : un d'eau chaude (à 70°C) et un d'eau froide.

Je suis seul. Il fait beau. Tout est calme.

 

paramètres du jour :

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://us.cdn2.123rf.com/168nwm/ika747/ika7471011/ika747101100040/8198236-pluie-et-du-soleil.jpg&sa=X&ei=11HQUcO8M8HSOfjTgdgK&ved=0CAwQ8wc4Gw&usg=AFQjCNHgVbEOgt42Zsy5aV44A3dsbeodxA

température : 13°C. vent modéré de nord

 

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://toutain.lionel.free.fr/Photo/Dessins%20VTT/vtt.gif&sa=X&ei=VVLQUbqsF8LKPfXlgIAG&ved=0CAsQ8wc4kQI&usg=AFQjCNFneo444pc1CTQZHut58KSsvdNSZg

km parcourus : 90 (sur piste)

temps passé sur le vélo : 8h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
16eme jour : Hunaver - Hveravellir
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents